Image Image Image Image Image
Scroll to Top

To Top

Navigation
En savoir +
Read More
Notre 1000ème visiteur

Notre 1000ème visiteur

06

mar

VisiteursAprès quelques dix mois de visites de chantier, nous avons accueilli notre millième visiteur qui accompagnait un groupe de stagiaires.

Anciennement ingénieur dans un bureau d’études, Maxence France est maintenant formateur. Il a consenti à nous accorder une interview.

Qui êtes-vous et quel est votre métier ?
Je suis formateur « chargé d’affaire en rénovation énergétique » au sein de l’AFPA et ingénieur énergéticien pour le bâtiment.
Pour l’AFPA, j’encadre un groupe de 16 personnes qui ont pour objectif de travailler dans la performance énergétique du bâtiment.

Comment avez-vous entendu parlé du chantier de Réhafutur ?
J’ai entendu parlé de Réhafutur aux universités d’été du plan bâtiment durable 2014 à Lille, suite à une discussion avec le cluster Ekwation.

Après l’avoir visité, que pensez-vous de cette opération ?
D’apparence extérieure, le bâtiment est une maison d’ingénieur des mines, remarquable dans le voisinage. Cependant, d’un point de vue performance environnementale et énergétique, le bâtiment reste discret. Fidèle à la construction d’origine, la rénovation passive tout comme la construction passive montre qu’il est possible d’atteindre des performances sans artifice et autres systèmes actifs. Réhafutur est un projet exemplaire en terme de rénovation énergétique.

Qu’est-ce qui vous a paru le plus innovant ?
Le plus innovant est l’utilisation de différents éco-matériaux dans le cadre d’une rénovation passive sur un bâtiment classé au patrimoine de l’Unesco. En connaissant les contraintes du bâti ancien et protégé, le projet était déjà innovant.

Qu’en retiendrez-vous ?
Que l’on peut réaliser la réduction drastique des besoins de chauffage d’un bâtiment existant.
Les mises en œuvre des matériaux isolants plutôt bien réussies.

Il aurait été intéressant de comprendre et d’exposer ce qu’il manque au bâtiment pour atteindre les seuils de performance énergétique du label Enerphit (les 5 kwh/m2.an pour obtenir le label de certification bâtiment passif en rénovation).
J’attends les retours d’expérience des 6 maisons individuelles notamment sur la reproductibilité de cette rénovation.

 

 Laissez un commentaire